« La Mésange et l’Ogresse » Harold Cobert

la mésange et l'ogresse.jpg

 

  • Broché: 425 pages
  • Ebook : 344 pages
  • Editeur : Plon (18 août 2016)
  • Prix Broché : 20.00
  • Prix Ebook : 13.99

Mon Avis :

Tout d’abord je tiens à remercier les Editions Plon pour ce livre 🙂

Il y a quelque chose de pas net chez Monique Fourniret, dans sa distance et sa froideur, dans son absence d’émotion, comme si rien ne la concernait véritablement, même pas le sort de son fils, ni celui de ses deux autres fils issus d’un précédent mariage.

Combien de fois en lisant ce livre, j’ai eu envie de lui dire « Mais c’est pas possible, secoue toi, réveille toi, ne laisse pas faire ces monstruosités, tu es comme lui ou peut-être même pire que lui !!! »

On est tous persuadé qu’une femme, une mère est incapable de telles atrocités, pourtant Monique Fourniret est la preuve vivante du contraire. Elle a été active dans la fabrication d’alibis de son mari, elle acceptait ses penchants pervers, en fait ils formaient « un seul et même être ».

Comme tout le monde le sait, Fourniret est un malade, un pervers, un déviant sexuel. Mais pour elle il était une bouée de sauvetage, une manière de tuer la solitude.

Et si elle était la véritable inspiratrice de son fêlé de mari ? A t elle agit avec lui, l a t elle assisté, l a t elle aidé à arriver à ses fins ? Il n’a jamais tué avant de la connaître … Est-elle si bête qu’elle le fait croire, ou au contraire est-elle bien plus intelligente qu’on ne pourrait le penser ?

L’homme est-il capable du meilleur ? Je ne sais pas, mais avec les Fourniret on sait qu’il est capable du pire ….

4ème de Couv. :

 » Ce que je vais vous raconter ne s’invente pas.  »
22 juin 2004. Après un an d’interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari,  » l’Ogre des Ardennes « . Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa  » mésange  » reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?
Quoi de plus incompréhensible que le Mal quand il revêt des apparences humaines ?
En sondant les abysses psychiques de Monique Fourniret, en faisant résonner sa voix, jusqu’au tréfonds de la folie, dans un face à face tendu avec les enquêteurs qui la traquent, ce roman plonge au cœur du mal pour arriver, par la fiction et la littérature, au plus près de la glaçante vérité.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s