« L’Affaire Isobel Vine » Tony Cavanaugh

l'affaire isobel vine

  • Broché: 416 pages
  • Editeur : Sonatine (6 avril 2017)
  • Collection : Hors collection
  • Langue : Français

Mon Avis :

Darian Richards, un ancien flic qui a démissionné, se voit proposer une enquête par son ancien chef … Il devra enquêter sur une affaire non résolue vieille de 25 ans. En 1990 on a retrouvé le corps sans vie d’Isobel Vine … Suicide ? Meurtre ? Jeux sexuels ayant mal tournés ? Drogue ? Darian est un flic à l’esprit libre, aux méthodes peu orthodoxes, une seule chose compte pour lui : la justice. Rien ne l’arrêtera pour trouver la vérité, persévérant, têtu, obstiné, rebelle, indiscipliné, il ne reculera devant rien. Les meurtriers potentiels ne manquent pas, des flics seraient peut-être impliqués, ce qui expliquerait pourquoi l’enquête a été bâclée vingt-cinq plus tôt !

On a envie de connaître le dénouement malgré un manque de suspens, d’action, par moments on piétine, on se lasse. Une plume agréable à lire, mais un peu trop de descriptions, ce qui ralentit le rythme. J’ai eu du mal à m’immerger totalement dans l’histoire. En ce qui concerne la fin,  j’aurais souhaité quelque chose de plus aboutit, j’avoue avoir été un peu déçue, l’auteur à voulu nous surprendre, mais … pour moi c’est un peu trop tiré par les cheveux !

Classique, rien de transcendant, de sensationnel, mais ce roman n’en reste pas moins bon polar. Je tiens à remercier les Editions Sonatine pour leur confiance.

Vous souhaitez acheter ce livre ? Vous pouvez cliquer sur l’image ci-dessous :

4ème de Couv. :

Pour n’importe quel passant, les rues, les places, les jardins de Melbourne possèdent un charme certain. Pour Darian Richards, chacun de ces lieux évoque une planque, un trafic de drogue, un drame, un suicide, un meurtre. Lassé de voir son existence ainsi définie par le crime, et uniquement par le crime, il a décidé, après seize ans à la tête de la brigade des homicides, de passer à autre chose. Une vie solitaire, plus contemplative.
Il accepte néanmoins de sortir de sa retraite par amitié pour le chef de la police qui lui demande de disculper son futur successeur, en proie à des rumeurs relatives à une ancienne affaire : en 1990, après une fête donnée chez elle, on a retrouvé le corps sans vie de la jeune Isobel Vine. Suicide, accident, meurtre ? L’enquête fut d’autant plus délicate que quatre jeunes flics participaient à cette soirée. Elle fut classée sans suite, mais le doute persiste sur ce qui s’est réellement passé.
Reprendre des investigations vingt-cinq ans après les faits n’est jamais une partie de plaisir, surtout quand l’affaire concerne de près la police. Les obstacles ne manquent pas. C’est sans compter sur le caractère obstiné, rebelle et indiscipliné de Darian Richards et sur sa fâcheuse habitude à porter davantage d’attention et de respect aux morts qu’aux vivants. L’enquête rythmée de nombreux rebondissements va peu à peu l’amener aux frontières du bien et du mal, de la vérité et du mensonge, et Richards y perdra peut-être ses dernières illusions. 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s